Mon coeur saigne

Publié le par Inti

Didier Lefèvre est mort.

Quiconque a lu la BD "Le photographe" aura sans doute comme moi l'impression d'avoir perdu un pote. Je le connaissais pas mais le récit de son voyage en Afghanistan est tellement poignant et bien raconté qu'on a l'impression d'être là avec lui. On veut l'aider quand il perd son matos dans la rivière. On veut le consoler quand son cheval meurt. Et on a les boules quand un hélico soviétique approche ou quand il se perd dans la montagne. Bref on devient son pote, d'autant plus qu'on apprend avec lui la réalité d'un pays en guerre, et on apprend à ouvrir son esprit. Perso j'espérais le rencontrer un jour.


(vignette extraite du tome 3, page 57)

Voilà. Si c'est pas déjà fait il faut absolument que vous lisiez cette BD. C'est une de celles qui m'a le plus marqué, et Emmanuel Guibert m'a inspiré plus d'une fois.


Publié dans Divers

Commenter cet article

Larsen 12/01/2009 21:59

J'ai eu la chance de voir, deux jours avant sa mort, les originaux d'un des tomes du photographe que ramenaient à paris des amis à lui, et j'ai vu là les plus beaux dessins de ma vie... Une grande oeuvre.

Phiip 10/02/2007 12:08

Dur, je savais pas...Son aventure et la Bande Dessinée avec Emmanuel Guibert sont vraiment extraordinaires...

roland 06/02/2007 11:00

bien triste nouvelle mais, au dela du prix recu a angouleme, je crois qu'il aura vecu une vie tres forte, riche et bien plus pleine que celle de nombre d'entre nous. Ne serait ce que ce qu'il a vecu en afghanistan est une experience qui pourrait remplir le coeur et la memoire de plusieurs personnes.J'espere que sa famille s'en remettra...

Inti 06/02/2007 18:40

en effet. j'ai comme l'impression qu'il est mort heureux.

p.ledroit 01/02/2007 22:43

Triste nouvelle mais elle me permet de découvrir le travail de cet auteur.

pluche 01/02/2007 10:41

C'est vrai que c'est devenu un pote virtuel à la lecture des albums.
C'est horrible ce que je vais dire mais c'est à la fois grotesque d'avoir survécu à tout ça et de finir ainsi, mais en même temps, je ne sais pas si c'est pas la plus belle fin qu'on peut trouver à un aventurier.
End of the show, end of the road.
La note la plus triste, est qu'il ne saura jamais "comment on fait une belle photo" : cf article de Libé à la question "comment fait-on une belle photo?", il répondait : "Je ne sais pas, je cherche encore..."

Inti 01/02/2007 10:49

moi ce qui me tue c'est que deux jours avant il recevait des mains de Lewis Trondheim le prix des Essentiels d'Angoulême... j'espère qu'avec ça il est parti tranquille.